google0d54e5a8e06c8fdf.html

J'ai exprimé de façon virulente sur ce réseau social mon dégout à l'égard de certaines personnes qui trainent leur seule face sur la plupart des médias ! ces gens là ayant exprimé leurs tendances pédophiles par le passé sont pour moi la lie de l'humanité ! leurs regrets actuels sont trop tardifs et ne reflètent pas ce qu'ils sont en réalité, des bourgeois pourris jusqu'à la moelle ! on ne touche pas aux enfants ! bien, que croyez vous que l'équipe dictatoriale de facebook fit ? elle me censura (interdiction de publier pendant 24h ou plus) ! mes propos ont choqué....on préfère peut être les mots débarrassés de toute aspérité, ceux qu'emploient la plupart des gens..surtout ceux qui sont censés être artistes !......pas de vagues....on ne sait jamais...ne pas choquer d'éventuels acheteurs....moi, je me fous ce que peuvent penser les gens, j'écris ce que je pense sans fard et je continuerai à le faire....je suppose que cet épisode me permettra de créer une chanson sur la censure, un nouveau thème non initialement prévu pour le prochain album ! Merci Facebook !

Jean Pierre Franchi/Texte/Musique/Arrangements/Vocaux/Guitares (Acoustique/Basse/Électrique)/Claviers/Programmation Batterie


Où est le Bien

Ou le Mal

L'être humain

Ou l'animal

Le pardon

Ou bien le sang

De l'amour

Ou de la haine

Et de frontières

En barrières

Murs de béton

Murs de honte

Ni d'esclaves

Et ni de maîtres

De perdants

Et ni d'élus

Oh non

Plus de religions

Oh non

Plus de différences

Oh non

Plus qu'une évidence

Une seule nation

Une seule

Une seule Terre

Moins de croyances

Plus de vie

Moins de souffrances

Plus de rêve

Plus de démons

Et plus d'anges

Sous nos pieds

Et sur nos têtes


Jean Pierre Franchi/Texte/Musique/Arrangements/Vocaux/

Guitares (Électrique & Basse)/Claviers/Programmation Batterie


Il a passé tout l’été

À chanter dans tous les cafés

On ne peut pas dire sur l’or l’argent il roule

Il croyait que c’était facile

Qu’il suffisait d’avoir du style

Un petit air qui tourne et reste dans l’air

La nuit à la belle étoile

Il s’endormait sans avoir froid

Sans jamais penser à ses lendemains

La nuit à la belle étoile

Il regardait passer le temps

Sans jamais penser à l’hiver prochain

Quand l’automne est arrivé

Qu’il vit les premières feuilles tomber

Il sut que l’hiver serait là très tôt

Il partit à travers villes

S’en aller retrouver l’ami

Qui lui trimait dur depuis des années

Il lui dit tu sais j’ai très froid

Pourrais-tu m’héberger un temps

Le temps d’une saison austère à peine

Il lui dit tu sais j’ai très froid

J’ai chanté durant tout l’été

Et n’ai pas récolté beaucoup de blé

Quelle ne fut pas sa surprise

Lorsqu’il entendit l’ami dire

Et bien tu n’as qu’à danser maintenant

Il comprit mais un peu tard

Que la vie sans aucun tracas

Ne pourrait durer toutes les saisons

La nuit à la belle étoile

Il s’endormait sans avoir froid

Sans jamais penser à ses lendemains

La nuit à la belle étoile

Il regardait passer le temps

Sans jamais penser à l’hiver prochain

Il a passé tout l’été

À chanter dans tous les cafés

On ne peut pas dire sur l’or l’argent il roule

Il croyait que c’était facile

Qu’il suffisait d’avoir du style

Un petit air qui tourne et reste dans l’air

Management & Booking

Email : bluedjinnsprod@bbox.fr

 

© 2021 Jean Pierre Franchi